Évaluation du potentiel de contamination à l’échelle nationale

La mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’Eau impose la réalisation d’un état des lieux des milieux aquatiques en 2013. En l’absence de méthode harmonisée au niveau national, et a fortiori au niveau européen, la méthode ARPEGES (Analyse de Risque PEsticides pour la Gestion des Eaux de Surface) a été développée dans ce contexte pour évaluer le risque de contamination globale par les pesticides des masses d’eau de surface de France métropolitaine (Gauroy et al, 2014 ; Adoir et al, 2018). Cette méthode repose sur le croisement de la vulnérabilité du milieu aux différents types de transferts hydriques et de la pression phytosanitaire. La vulnérabilité est estimée à partir de paramètres liés au milieu physique et à son utilisation (notamment les sols, le climat et les zones tampons) et la pression phytosanitaire est caractérisée par les propriétés et les quantités de substances appliquées. Le croisement est réalisé grâce à un réseau bayésien construit par dire d’experts, qui permet d’organiser et formaliser les connaissances sur les processus dominants en intégrant les incertitudes, liées notamment à la disponibilité des données.

Cette méthode a notamment été utilisée par certaines agences de l’eau pour les états des lieux DCE 2013 puis 2019.

La cohérence des résultats obtenus a été évaluée par confrontation avec les données de surveillance. La méthode d’interprétation de ces données, basées sur un regroupement géographique (par HydroEcoRégion) et temporel pour permettre des analyses pertinentes (Gauroy et al, 2012 ; Carluer et al, 2016), donne accès à la courbe enveloppe des contaminations liées à une substance active et fournit un indicateur de la contamination moyenne par HydroEcoRégion.

Organigramme synthétique de la démarche générale adoptée dans le projet